Préparez votre propre mort et votre prochaine incarnation en vivant pleinement

Preparez votre propre mort img

Publié le 26 novembre 2023 par Swaruu Official – Français

(Vidéo en français)

Mari Swaruu : Bonjour encore, merci d’être ici avec moi une fois de plus. J’espère que vous allez bien aujourd’hui. Je m’appelle Mari.

On a beaucoup parlé de la Terre et de son cycle de réincarnation comme d’une prison pour tous ses habitants. Elle peut être considérée comme une planète-prison parce que les individus vivants y sont enfermés dans un royaume illusoire et qu’on leur fait croire qu’ils sont isolés de la grande communauté stellaire. Et, dans une dichotomie, un endroit où soit les humains sur Terre sont le centre de l’univers et tout tourne autour de l’humanité comme le seul endroit accepté pour exister dans l’univers entier avec une vie biologique avancée et avec une civilisation avancée, soit ils ne sont rien d’autre qu’une erreur cosmique inconséquente, constamment diminuée, forcée d’oublier leur grandeur inhérente. Et lorsque les individus meurent, ils rencontrent ce qui ressemble à un piège pour leurs âmes où ils sont forcés de se réincarner encore et encore, payant une dette karmique toujours plus grande.

Les deux aspects de la Terre en tant que planète prison, du point de vue des personnes vivantes et des âmes entre deux vies, seraient également causés par des êtres archontiques qui orchestrent tout pour exploiter l’humanité en termes d’énergie et de pouvoir de manifestation.

Je ne m’oppose pas à cela, car je considère que c’est tout à fait valable et qu’il est difficile de nier tout cela, mais cela dépend aussi de la façon dont nous interprétons les choses d’un point de vue ou d’un autre et des points de vue des différentes densités. Je crois fermement qu’il n’y a pas de vérité ultime, car elle dépend uniquement du point de vue et de la conscience de chaque individu. Ce qui importe donc ici, en parlant de la Terre comme d’une planète prison, c’est l’expérience que vit chaque âme.

Nous devons nous rappeler que chaque âme est un point d’attention de la grande conscience de la Source et, étant un fragment holographique de celle-ci, l’interprétation de chaque personne est valable, du moins de son point de vue personnel. Ainsi, ce qui est réel, ce qu’est la réalité au sens large, dépend de la manière dont chaque âme expérimente la vie et du sens et de la valeur qu’elle donne aux circonstances qui l’entourent. Cela signifie qu’il appartient à chacun d’entre nous de décider si la Terre est une planète prison ou non.

Pourtant, d’innombrables personnes ayant vécu une expérience de mort imminente rapportent qu’elles reviennent en comprenant que la vie sur Terre n’est qu’un jeu d’apprentissage et que nous ne devrions pas prendre les choses trop au sérieux, car une fois dans l’au-delà, tout prend soudain un sens. Et même les choses terribles qui se produisent dans la vie sont vues d’un point de vue et d’une interprétation beaucoup plus larges qui éliminent tout le drame maléfique qui entoure ces événements. Les souffrances et les épreuves vécues sont perçues et interprétées comme de simples expériences d’apprentissage une fois dans l’au-delà. Et, comme le disent de nombreux chercheurs sur les expériences de mort imminente, les âmes de l’autre côté préfèrent les expériences de vie difficiles aux expériences paisibles, car elles permettent à l’âme de progresser considérablement dans sa conscience globale, tandis que les expériences paisibles la font stagner confortablement à son niveau actuel.

Mais ce que l’on ne peut nier, c’est que tant qu’une personne est en vie, c’est sa réalité qui compte, c’est la réalité de cette personne. Imposer le récit selon lequel, une fois de l’autre côté, tout vaudra la peine et aura un sens, c’est éclairer l’individu à la lumière du gaz. C’est une justification pour faire souffrir chaque âme autant que possible pour l’exploitation énergétique ou pour n’importe quoi d’autre et toujours avec la promesse d’une grande récompense dans l’au-delà, au paradis, au Valhalla, ou quel que soit le nom que l’on veuille lui donner. Que cette expansion de la conscience, ce changement de sens et d’interprétation des choses vécues de son vivant et la façon dont cela change dans l’au-delà soient vrais ou non, cela me semble terriblement ressembler aux mêmes vieux mensonges et manipulations religieuses, tout cela pour le contrôle de la population.

Certains d’entre nous se souviennent de beaucoup de choses dans l’au-delà, certains plus que d’autres. Et bien que cette interprétation que je viens d’expliquer soit étayée par de nombreux cas, par exemple dans les travaux de Dolores Cannon comme référence, chaque individu a son interprétation unique de la façon dont des événements et des choses spécifiques de sa vie sont perçus de son vivant et dans l’au-delà.

Mais comment échapper à tout cela ? Telle est la grande question. Les innombrables chercheurs qui se sont penchés sur ce sujet ont en commun le fait que le gros du travail spirituel doit être effectué de son vivant. Le moyen d’échapper à la matrice terrestre, au cycle des réincarnations ou à la roue du samsara, d’échapper à toute matrice, y compris celle de l’au-delà avec toutes ses manipulations supposées et ses archontes qui forcent les âmes à se réincarner, est d’atteindre un état d’esprit et de conscience appelé Mahasamadhi dans les traditions orientales de la Terre.

C’est le moyen d’échapper véritablement aux illusions et aux limitations qui maintiennent l’âme prisonnière des cycles de réincarnation. Il s’agit d’échapper véritablement aux illusions, y compris aux systèmes de contrôle de la Matrice et à tout ce qui pousse l’âme à s’attacher aux idées de l’ego, à son identité. Mahasamadhi, comme dans « maha » signifie grand ou final, et « samadhi » signifie l’absorption dans ce que vous êtes vraiment dans votre nature infinie la plus étendue, ce que vous êtes vraiment en tant qu’âme qui appartient au cosmos, libre et sans limites. C’est ainsi que vous êtes absorbé par votre personnalité égoïste matricielle dans votre véritable nature cosmique en tant que Source.

Le Mahasamadhi est la véritable liberté de l’âme. On dit qu’elle ne se produit que lorsque l’âme quitte le corps après avoir réalisé qu’elle a été prisonnière de toutes les illusions de la physicalité et d’un corps biologique contraint de suivre les règles de la société matricielle. Ainsi, tout le processus de devenir et de se libérer des illusions de l’ego et de la Matrice vise à la libération. Finies les réincarnations et les fausses illusions de toutes sortes. Et, du point de vue des traditions orientales, cet état s’appelle aussi le salut.

Comme ils le disent, c’est le salut de vivre dans l’illusion qui vous a été imposée par quelqu’un d’autre avec des règles imposées, des modes de pensée imposés et des limites à la conscience. Il est clair qu’il s’agit ici des contrôleurs archontiques de la Terre, des seigneurs vivants également, mais surtout de ceux du bas astral, bien qu’il s’agisse également d’une interprétation de la signification de mahasamadhi, je le sais.

L’une des façons d’y parvenir est simplement d’élargir votre conscience dans toute sa signification et sous tous ses angles, mais cela peut prendre des vies entières. Mais l’une des choses que nous devons tous savoir, c’est que nous devons faire face à notre propre mort, à notre propre mortalité, et à tout ce qu’elle signifie et apporte.

Lorsque nous mourrons, ce que nous vivrons ne sera et ne pourra être que ce à quoi correspondra notre vibration. Nous manifestons notre propre paradis et notre propre enfer, et tout ce qui se trouve entre les deux, dans notre propre version privée et particulière. Nous créons notre réalité, qui n’est que le reflet de ce que nous sommes et de notre vibration. La réalité est le miroir de nos pensées et de nos émotions, comme je le dis toujours. C’est pourquoi nous devons être conscients que tout ce que nous manifesterons dans l’au-delà et dans la prochaine réincarnation est la conséquence et le reflet de notre vibration actuelle.

Nous ne devons pas chercher la rédemption uniquement au moment de notre mort ou lorsque nous sommes sur un lit d’hôpital en train de l’attendre, bien que ce soit mieux que jamais, je le sais. Il s’agit d’un travail d’apprentissage, de réflexion et de prise de décision responsable qui dure toute la vie. Ce que nous sommes aujourd’hui déterminera qui nous serons dans l’au-delà, où nous irons et en qui nous nous réincarnerons, le cas échéant, en fonction de notre niveau de conscience. Nous devons travailler sur notre éthique et sur nos valeurs en tant qu’individus et en tant qu’âmes. Nous devons devenir ce que nous voulons idéalement être maintenant, et non demain, et nous devons être conscients que la mort peut venir nous chercher à tout moment. Nous devons pouvoir regarder en arrière et être fiers de ce que nous étions de notre vivant.

C’est pourquoi il est si important d’apprendre à lâcher prise. Lâchez les choses qui n’ont pas d’importance, les personnes et le souvenir des mauvaises situations. Apprenez à pardonner, surtout à vous-même, et même à vous pardonner votre incapacité à pardonner, car cela n’est pas toujours possible, car pardonner signifie souvent passer outre, par la seule force de l’esprit et du cerveau, les déclencheurs émotionnels et les réactions difficiles qui sont ancrés au plus profond de notre inconscient. Pardonner aux autres, c’est aussi se pardonner à soi-même, car c’est nous qui sommes devenus en adéquation vibratoire avec toutes les situations et les personnes qui s’y trouvent, et parce qu’elles sont aussi nous à un autre stade de notre progression spirituelle.

Mais plus encore que d’apprendre à pardonner, il est important d’apprendre à donner de l’amour librement à ceux que nous chérissons tant dans notre vie, à nos amis et à notre famille, ainsi qu’aux animaux de compagnie qui font partie de notre famille. Ne pas exprimer et partager notre amour crée une blessure incalculable et ses attaches une fois dans l’au-delà. L’amour refoulé est si grand qu’il nous définit et nous suivra réincarnation après réincarnation, comme le disent les Andromédans, et je trouve cela valable.

Nous devons apprendre à nous aimer aussi, avec tous nos défauts ou toutes les idées que nous avons qui nous font penser que nous avons des défauts, et ne pas nous attacher à la culpabilité pour des choses que nous avons pu faire dans le passé alors que notre conscience était moins élargie et moins évoluée. Sachant qu’à l’époque, au niveau où nous étions et dans ces circonstances particulières, nous n’aurions pas pu faire autrement, car nous agissons toujours avec les meilleures informations dont nous disposons, et elles sont toujours limitées, de sorte que nous sommes destinés à faire des erreurs.

Comme on l’a souvent dit, nous apprenons plus de nos erreurs que de nos réussites. Encore une fois, ce vieux dicton renforce ce que j’ai dit au début de cette vidéo, à savoir que les épreuves et les souffrances entraînent un progrès spirituel, ce qui n’est pas le cas des bons moments. Le stress provoque le mouvement et non un canapé confortable.

Un vieil exemple darwiniste de ce phénomène est celui des poissons qui, il y a plusieurs millions d’années, préféraient être dans des eaux peu profondes, si peu profondes qu’elles couvraient à peine leur corps, et où ils se déplaçaient en se poussant avec la boue du fond à l’aide de leurs nageoires jusqu’à ce que celles-ci se transforment en bras et en jambes.

C’est ainsi que les premiers poissons ont commencé à marcher sur la terre ferme et à abandonner les eaux dangereuses, où ils devaient se tapir dans des eaux très peu profondes pour éviter d’être mangés par des poissons plus gros qui ne pouvaient pas pénétrer dans des eaux aussi peu profondes. Le stress provoque l’évolution, mais je dirais qu’il provoque l’évolution spirituelle plus que l’évolution physique, bien que l’évolution physique soit un miroir de l’évolution spirituelle, bien sûr.

Vous pouvez choisir de voir la vie sur Terre comme une peine de prison ou comme une chance d’apprendre et de grandir spirituellement. Et grâce à cela, vous pouvez contrôler qui vous deviendrez la prochaine fois que vous vous incarnerez. De nombreuses personnes se concentrent uniquement sur ce qu’elles sont aujourd’hui et non sur ce qu’elles deviendront en se réincarnant. C’est compréhensible, car beaucoup de gens ne peuvent pas planifier suffisamment longtemps à l’avance pour savoir ce qu’ils auront pour le dîner, et c’est clairement l’un des grands défis de la matrice, car elle est conçue pour vous maintenir constamment en mode de survie et non en contemplation, en comprenant comment l’univers fonctionne et ce qui se passera ensuite dans votre vie et au-delà.

Mais vous devez être conscient qu’un jour vous mourrez, et vous deviendrez le miroir de la vibration que vous détenez aujourd’hui, le résultat de la fréquence et de la vibration moyennes que vous avez eues pendant toute votre vie.

Mais vous ne devez pas vivre et agir uniquement pour la prochaine incarnation. Vous devez vivre pleinement votre incarnation actuelle, et c’est précisément ce qui vous amènera à contrôler et à pouvoir planifier tacitement, inconsciemment si vous le souhaitez, votre future incarnation. Devenir la meilleure version de vous-même aujourd’hui et vous préparer à ce que vous serez ensuite vous apportera des expériences incroyablement bonnes au cours de votre vie actuelle, et pas seulement dans la suivante. Réglez toutes vos affaires aujourd’hui et dans la vie, et pensez à ce que vous laisserez derrière vous si vous disparaissez demain. Soyez la personne que vous admirez le plus, sans culpabilité, aujourd’hui.

Merci d’avoir regardé ma vidéo, de l’avoir aimée et de vous être abonné. J’apprécie beaucoup et j’espère vous voir ici la prochaine fois.

Avec beaucoup d’amour.

Ton amie,

Mari Swaruu

Source : Prepare for your own Death, and for your Next Incarnation, by Living to the Fullest (English)

Article suivant :

Article précédent :

Science Spirituelle